La Fondation « Institut Dwa Pou Tout Moun » est la résultante d’un cheminement qui commença en réalité plus de dix ans auparavant, avec une idée novatrice au niveau des programmes de télévision, une émission en créole mettant des connaissances du Droit à la portée du grand public.

L’écoute phénoménale dont les spectateurs gratifièrent ces émissions était, entre autre, une certaine expression de ce grand besoin dont la satisfaction demeure encore une grave carence dans un pays frappé d’illettrisme, mais surtout un pays où l’arbitraire fait peur, force le citoyen à se désintéresser de la chose publique et l’incline à renoncer à l’apprentissage de l’implication citoyenne et de l’exercice réel du jeu démocratique. 

Faut-il croire que c’est ce constat qui poussa le réalisateur/animateur desdites émissions, Me. Jean-Henry Céant, dans le but d’aller plus loin dans cette direction, à entreprendre une tentative pour ouvrir de nouvelles voies pouvant déboucher sur le bonum communis, la recherche de l’intérêt général qui passe par l’établissement d’une société régit par la loi. En effet, il créa en aout 2009 une Fondation, dénommée « Institut Dwa Pou Tout Moun » devant travailler à la vulgarisation de l’information juridique et légale afin de faciliter une meilleure compréhension de la loi puisque « nul n’est censé l’ignorer »  et, en même temps, de susciter un meilleur comportement du contribuable et du justiciable en Haïti.  Alors que la mise en place s’effectuait pour un bon démarrage des activités de la nouvelle institution telles qu’établies par ses statuts, le 12 janvier 2010 survint et cet inoubliable séisme frappa l’âme haïtienne au plus profond de son être. 

Sans désemparer, le Fondateur décida qu’il s’agissait de répondre rapidement aux urgences de l’heure.  Ainsi, l’Institut Dwa Pou Tout Moun accompagna la grande organisation « A.I.M.E.R. HAITI » dans son « Opération Secours au Tremblement de Terre », l’une des plus importantes actions citoyennes menées par les filles et fils d’Haïti.  Cette initiative apporta, en majeur partie, le support essentiel à la bonne marche de l’hôpital de campagne installé à « BO-JEUX PARC, sur la route de Tabarre.  En effet, la « Clinique Médicale Aimer Haïti » put ainsi offrir des soins hospitaliers de haut niveau à la population qui y afflua pendant plus de dix-huit mois.

 

La douloureuse expérience du tremblement de terre de 2010 eut pour conséquence de déclencher au sein de la Fondation un intérêt nouveau pour les questions de protection de l’environnement comme celles liées aux mesures de protection de la population et de la capacité réelle de la société civile à répondre rapidement aux méfaits des désastres et des catastrophes naturelles, en particulier.  Ainsi, la décision fut prise de mettre sur pied des activités écologiques, à côté de l’exécution de la mission statutaire, celle de l’éducation populaire en matière juridique. 

Ce rapprochement de l’écologique au juridique, allié à une prédisposition naturelle de ce professionnel du notariat qui travaille dans la sphère du droit des biens incluant celle de la propriété des terres, amena à une meilleure compréhension de ce premier des droits des peuples, le droit à la terre, le droit à un pays, le droit de tout être à sa patrie.  De là, apparut la nécessité de promouvoir l’action civique pour un environnement sain et protecteur ainsi que l’obligation de s’orienter vers une meilleure appropriation du concept de développement durable.  En approfondissant cette réflexion, une conclusion s’imposa : L’action réelle et efficace doit tenir compte tant de l’éducation que de l’implication directe des jeunes dans ces choses qui font de la vie ce qu’elle est, ceci dans tous les domaines.  

Ce fut alors toute une nouvelle approche.  Une large diffusion du programme d’éducation populaire dont principalement une formation sur la Constitution de 1987 permit de partir à la découverte de notre beau pays.  Ces déplacements exposèrent dans toute leur magnitude les problèmes endémiques qui rongent le pays et mirent en exergue un souci primordial, le sort de la jeunesse haïtienne.  Il devint impossible d’écarter la condition de sauvetage national sine qua non, savoir, qu’en Haïti, il nous faut changer de mentalité.  Il en découla une modification dans l’implémentation de l’action institutionnelle par l’application d’une philosophie de mise en commun, basée sur une interprétation organisationnelle de la notion de « l’action intergénérationnelle ».

Cette nouvelle orientation s’exécute par:

  • La mise sur pied d’un mouvement jeunesse « Pour l’Intégration de la Jeunesse dans la Vie Nationale ! »  qui ambitionne de devenir une grande organisation nationale, pouvant s’inspirer du rayonnement du scoutisme américain à travers le monde (et pourquoi pas – l’Haïtien est bien capable de grandes et nobles actions !).
  • Cette action comprend :
  1. L’élaboration du programme spécial, « La Courte Echelle »,  pour les jeunes de nos lycées et collèges (de la troisième à la classe de Philo);
  2. La proposition des Dix Valeurs dont l’application vise au changement de l’attitude mentale du jeune haïtien;
  3. La création d’une association de jeunes dont l’objectif principal est de promouvoir les idéaux de la Fondation, tout particulièrement les Dix Valeurs, auprès des autres organisations et associations de jeunes et de mener des actions sociales qui mettent l’institution en valeur, d’où leur appellation, « Jeunes Ambassadeurs de l’Institut Dwa Pou Tout Moun ».

Avant même d’avoir retenu des objectifs si élevés au niveau de l’action sociale, on ne saurait laisser de côté le primordial : la formation continue du grand public en matière juridique, l’éducation populaire ayant pour but d’élever la conscience citoyenne haïtienne à son plus haut niveau.

Des rencontres fortuites ont ouvert d’autres avenues, les contacts avec les Universités Américaines comme la Charlotte School of Law et l’Université de Droit de l’Arizona, établis grâce aux relations développées avec le Professeur Donald (Don) Lively.  Ainsi, des questions importantes se présentent à savoir, celles de façonner les meilleures modalités qui pourraient déboucher sur une intégration efficace de l’action de la Fondation dans le domaine du Droit au niveau des Etudes Supérieures et même à l’échelle internationale. Est-ce trop demander ?  –  « Non, car la Providence ne gaspille jamais les chances ; elle les sème, en Savoir Suprême, là où il faut et au bon moment !  Au récipiendaire, d’y croire et d’utiliser au maximum toutes les semences reçues à bon escient ».  Cette perspective internationale a provoqué la réplique de la question au niveau local.  Pourquoi pas une clinique juridique ?  Faut-il l’envisager seul ou en partenariat ?  Il faut réfléchir  à la question sérieusement, en toute lucidité mais sans hésitation, afin d’envisager la meilleure réponse et d’y travailler efficacement.

 

Ici ne figure qu’un rappel succinct des actions menées en sept ans ; les détails auraient encombré l’esprit.  Toute somme, il s’agit surtout de prendre en compte tout ce qui se trouve placé entre les mains de la Fondation, les mains de toutes les couleurs et de toutes les dimensions qui forment le corps de l’institution sur son logo ; ces mains indiquent qu’elle est une grande œuvre car ses mains, celles de son Fondateur, sont ouvertes pour accueillir, tendues vers les autres, agiles dans l’action et consacrées au service de la Patrie, c’est-à-dire, du peuple Haïtien.  

En observant le logo de la Fondation Institut Dwa Pou Tout Moun, comment ne pas comprendre ceci :

  • Qui dit « Dwa pou tout moun », dit l’avenir d’Haïti ;
  • Qui dit « Avenir », dit la jeunesse haïtienne ; l’avenir de nos garçons et de nos filles, la relève de demain ;
  • Qui dit « Jeunesse », dit Avenir, dit Education, Santé, Loisirs, Espoir ;
  • Qui dit « Jeunesse et Avenir » dit Environnement stable et serein à tous les niveaux ;
  • Qui dit « Jeunesse et Environnement » dit un Avenir sûr et dit donc Développement Durable ;
  • Qui dit « Développement Durable » dit Jeunesse, Environnement, Formation et Emploi ;
  • Qui dit Avenir et Développement Durable, dit essentiellement Jeunesse, Environnement, Formation et Emploi ;
  • Mais pour dire tout ceci, on peut le résumer en une seule expression :

DWA POU TOUT MOUN !

Telle est la vision dont Jean-Henry Céant est porteur.  Il  a fait de la Fondation Institut Dwa Pou Tout Moun, par la mission qu’il lui a confiée, l’expression de cette vision et son moteur.   Vers une seule et simple finalité :

  • Qu’Haïti entre dans la voie du Progrès, du Développement et de la Fraternité !

La réalisation de cette vision implique un engagement définitif et pragmatique dont l’intensité matérielle attirera toutes les ressources nécessaires à l’accomplissement de l’œuvre ; œuvre belle, ambitieuse et grandiose, mais possible, par les bénédictions divines sur les activités humaines et les dispositions pures et positives du cœur de l’homme !

« DWA POU TOUT MOUN, UN LABEL AU SERVICE DE L’ETRE HAITIEN.

Tel que l’a défini, un homme: JEAN-HENRY CÉANT !

 

Port-au-Prince, le 22 avril 2016.

 

EXCELSIOR !!!

——————————————————————————

 

Comments

comments

Laisser un commentaire