Contexte et naissance du projet : L’association naît en avril 1946 d’un « long cheminement intellectuel et spirituel » de son père fondateur Armand Marquiset. Non confessionnelle et apolitique, « la communauté des petits frères est ouverte aux hommes et aux femmes de bonne volonté » qui souscrivent à ses valeurs fondamentales. Ces valeurs, qui au fil du temps s’inscrivent en filigrane dans de multiples activités au niveau local, régional et national, sont affirmées, en complément des statuts, dans une charte adoptée en juin 1998 : – « la valeur unique et irremplaçable de chaque personne humaine  – la dignité de tout homme et de toute femme, quels qu’ils soient – origine, situation, état physique, psychologique et social – la liberté fondamentale de chacun – la fraternité et la fidélité » Le projet associatif des petits frères est porteur de ces valeurs, auprès des personnes de plus de 50 ans, souffrant d’isolement, de solitude, de pauvreté, d’exclusion, de handicaps. Ces personnes ne sont pas des « bénéficiaires » mais les « vieux amis ». L’association organise et développe ses actions selon trois missions sociales : accompagner, agir collectivement, témoigner et alerter.
 
Accompagner : Il s’agit de créer « une relation de personne à personne dans la confiance et la durée », de faire face à des précarités multiples, de restaurer, voire de recréer, du lien social de « réinscrire les personnes accompagnées dans un  tissu social qui les soutienne ». (Ce qui sous-tend une active coopération dans une chaîne d’acteurs). Cet accompagnement se fait dans un double sens : – aller vers  ceux et celles qui n’ont pas les moyens de se faire connaître là où ils se trouvent, les personnes âgées en particulier, qui souffrent de solitude ou de perte d’autonomie ; elles « deviennent invisibles, se replient sur elles-mêmes, perdent accès à leurs droits, à la parole et finalement leur dignité leur est déniée ainsi que leur citoyenneté ». – accueillir avec attention et bienveillance, réorienter parfois ceux et celles qui sont en quête d’une écoute et se tournent vers les petits frères des Pauvres.
 
Dans toutes les situations, la mission exige de se positionner dans l’échange face aux besoins et aux attentes, de favoriser des moments de convivialité partagée (par exemple à l’occasion de Noël, d’un anniversaire) en impliquant le plus possible les personnes accompagnées dans le choix et l’organisation de ces moments. Cette conception de l’accompagnement basé sur la rencontre et l’autonomie des personnes est également promue quand il s’agit d’aider les personnes à accéder aux « services »  à « la citoyenneté » et à « la sécurité », de veiller à la bientraitance des personnes.
 
Agir collectivement :  Pour les petits frères,  au sein d’entités à taille humaine, et plus largement au sein de l’ensemble de la communauté, le travail d’équipe est essentiel pour dynamiser la vie associative et porter un message de fraternité. Bénévoles et salariés agissent en synergie1. Les « équipes d’actions territoriales » se consacrent à l’accueil et l’accompagnement dans leur propre environnement géographique et lieu de vie. Les « équipes d’actions spécifiques » accueillent et accompagnent des personnes se trouvant dans un état particulier (longue maladie, hospitalisation, sans abri, etc.…).
 
D’une manière générale, les petits frères initient des actions dans tous les domaines de la vie quotidienne et ses aléas, en complémentarité avec  d’autres structures dans différents secteurs (sanitaires, sociales, médico-sociales…). Ils nouent tout partenariat qui peut fortifier la mise en œuvre de leur projet associatif. Régulièrement, des rencontres et regroupements, aux niveaux local, régional et national, permettent aux petits frères de coordonner leurs actions, de mutualiser les bonnes pratiques, de mettre à profit les parcours de formation dispensés par l’association, de bénéficier de l’appui de référents (garants « d’expertises d’actions »).

Comments

comments

Laisser un commentaire